Ma Terre Née Bio

29 septembre 2012

L'allaitement maternel

Les recommandations de l'OMS sur l'allaitement au sein

( Source : site de l'OMS )

L’allaitement maternel est l’un des moyens les plus efficaces de préserver la santé et d’assurer la survie de l’enfant. L’allaitement maternel optimal allié à une alimentation d’appoint aide à prévenir la malnutrition et peut sauver près d’un million de vies d’enfants.

Au niveau mondial, moins de 40% des nourrissons de moins de six mois sont allaités exclusivement au sein. Si les mères et les familles étaient encouragées à allaiter au sein, de nombreuses vies pourraient être sauvées.

L’OMS promeut activement l’allaitement maternel, considéré comme la meilleure alimentation pour les nourrissons et les jeunes enfants. Ce dossier expose les nombreux avantages de ce mode d’alimentation et explique dans quelle mesure l’aide apportée aux mères peut accroître la pratique de l’allaitement.

 

L’OMS recommande vivement l’allaitement au sein exclusif pendant les six premiers mois suivant la naissance. De six mois à deux ans, voire plus, l’allaitement doit être complété par une autre alimentation. En outre:

  • l’allaitement au sein doit commencer dans l’heure suivant la naissance;
  • l’enfant doit être allaité «à la demande», aussi souvent qu’il le désire, nuit et jour;
  • les biberons ou les tétines sont à éviter.

Bienfaits pour la santé des nourrissons

Le lait maternel est l’aliment idéal pour les nouveau-nés et les nourrissons. En effet, il apporte tous les nutriments nécessaires à leur développement et contient des anticorps qui les protègent de maladies courantes telles que la diarrhée et la pneumonie, les deux premières causes de mortalité de l’enfant dans le monde. Le lait maternel étant  immédiatement disponible, les nourrissons allaités au sein reçoivent une alimentation suffisante.

Avantages pour les mères

L’allaitement au sein présente également des avantages pour la mère. Lorsqu’il est exclusif, il entraîne souvent un arrêt des règles, ce qui constitue une méthode naturelle, mais pas infaillible, de contrôle des naissances (98% de protection au cours des 6 mois suivant l’accouchement). L’allaitement atténue le risque de cancer du sein et de l’ovaire à un âge plus avancé, aide les femmes à retrouver plus vite leur poids d’avant la grossesse et permet de lutter contre l’obésité.

Avantages à long terme pour les enfants

Au-delà de ses bienfaits immédiats, l’allaitement maternel aide à rester en bonne santé tout au long de la vie. Une fois adultes, les personnes qui ont été allaitées au sein ont souvent une tension artérielle et une cholestérolémie plus basses et souffrent plus rarement de surpoids, d’obésité ou de diabète de type 2. Des données montrent que les personnes allaitées au sein obtiennent de meilleurs résultats aux tests d’intelligence.

Pourquoi ne pas utiliser les préparations pour nourrissons?

Les préparations pour nourrissons ne contiennent pas les anticorps présents dans le lait maternel et comportent certains risques si elles ne sont pas préparées correctement, liés à l’utilisation d’eau non potable ou de matériel non stérilisé, ou en raison de la présence possible de bactéries dans les préparations en poudre. Une dilution trop importante de la préparation dans un souci d’économie peut être source de malnutrition. En outre, pour maintenir les montées de lait, les tétées doivent être fréquentes. Si l’on ne dispose plus de préparation pour nourrissons, il sera peut-être impossible de revenir à l’allaitement maternel car la production de lait aura diminué.

VIH/sida et allaitement maternel

Une mère séropositive peut transmettre l’infection à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement. Le traitement antirétroviral (ARV) de la mère ou du nourrisson exposé au VIH réduit le risque de transmission par le lait maternel. L’allaitement maternel, allié au traitement antirétroviral, est susceptible d’améliorer considérablement les chances pour l’enfant de survivre sans être infecté par le VIH. L’OMS recommande d’administrer des antirétroviraux aux mères séropositives, en leur demandant de suivre les recommandations de l’OMS concernant l’allaitement maternel et l’alimentation d’appoint.

Règlementation de la commercialisation des substituts du lait maternel

Un code international a été adopté en 1981. Il prévoit:

  • les bienfaits de l’allaitement et les risques des substituts pour la santé doivent figurer sur les emballages;
  • il ne doit pas y avoir de promotion des substituts du lait maternel;
  • il ne faut pas offrir d’échantillons gratuits de préparations aux femmes enceintes ou aux mères;
  • il ne faut pas distribuer des substituts gratuits dans les établissements de santé.

 

Les mères ont absolument besoin de soutien

Allaiter au sein, ça s’apprend et beaucoup de femmes rencontrent des difficultés au début. Il est fréquent qu’elles aient mal aux mamelons ou qu’elles craignent de ne pas avoir assez de lait pour alimenter leur enfant. Les établissements de santé qui soutiennent l’allaitement maternel – en mettant à disposition des conseillers qualifiés. Grâce à une initiative commune de l’OMS et de l’UNICEF, il existe aujourd’hui, plus de 20 000 établissements «amis des bébés», dans 152 pays.

Allaitement et activité professionnelle

De nombreuses mères qui retournent travailler abandonnent l’allaitement au sein exclusif avant que ne se soit écoulée la période de six mois recommandée car elles ne disposent pas d’assez de temps ou d’un endroit adéquat pour allaiter ou tirer et conserver le lait sur leur lieu de travail. Les mères doivent avoir accès, sur leur lieu de travail ou à proximité, à un endroit propre et intime pour pouvoir continuer à allaiter au sein. Des conditions propices au travail peuvent les aider, par exemple un congé maternité rémunéré, des possibilités de travailler à temps partiel, des crèches sur le lieu de travail, des locaux pour tirer et conserver le lait et des pauses pour allaiter.

Introduction de nouveaux aliments

Lorsque l’enfant atteint l’âge de six mois, il faut, pour répondre à ses besoins, introduire de nouveaux aliments. L’OMS préconise:

  • de ne pas diminuer le nombre de tétées,
  • de donner les aliments à la cuillère ou dans une tasse, pas au biberon;
  • de donner des aliments qui présentent toutes les garanties d’hygiène et que l’on puisse se procurer localement;
  • de laisser suffisamment de temps aux enfants pour apprendre à manger des aliments solides.

 

 

Posté par AsGarDameLuthien à 09:08 - Allaitement au sein - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire